• 19 décembre 2013

    Richard a laissé un message très touchant sur le site de Annette 

    RichardArmitageOnline.com

     

    Messages de Richard Armitage à ses fans

    Salut tout le monde,

    Je désirais me connecter pour souhaiter à tout le monde un Joyeux Noël (Jour de la Dinde ou Fête selon votre préférence). Cela a été une autre merveilleuse année, remplie de travail acharné, d'amusement et de surprises. Merci pour votre soutien permanent pour mon travail, j'espère que vous ne sous-estimez jamais ce que cela signifie pour moi personnellement. En vous voyant si nombreux à la Première de LA (désolé pour l'accueil peu aimable vis-à-vis des fans sur le tapis rouge), Berlin, Londres, Madrid, c'était vraiment le temps fort de l'année. Je suis très fier d'avoir une telle communauté dévouée de 'sympathisants' (meilleur mot que fans... d'accord ?). Fier en raison de la dignité et de la décence avec lesquelles vous communiquez entre vous et présentez vos idées. C'est toujours illuminé par la positivité et le soutien qu'il y a entre vous, des amitiés improbables forgées à travers un intérêt commun. Cela me rend fier et m'amène à la vraie raison du message. Pour dire un énorme merci à Annette Gill, qui a travaillé si dur sur ses pages web, faisant d'une manière très élégante exactement ce que je viens de décrire. Je pense qu'elle est réellement une merveilleuse journaliste et archiviste et j'aimerais la remercier personnellement pour tout le temps qu'elle a passé à créer et à mettre à jour le site.

    Je voulais vous souhaiter amour et bonheur pour 2014. Merci pour les cadeaux généreux et les donations aux pages 'Just Giving'. Je pense que nos totaux se portent bien.

    Sans monter dans une chaire ou sur une caisse à savon (les airs cyniques dehors, maintenant !), je veux dire que pour moi particulièrement, en vieillissant, ce moment de l'année devient encore plus un voyage qui a pour but d'être avec ma famille et mes amis assis autour d'une table avec, je l'espère, de la bonne nourriture, autrement dit abondante. Mais pour ceux qui n'ont pas grand chose ou qui sont seuls, je leur souhaite au moins un sentiment de paix pour un jour. Je sais que je suis plus heureux quand je peux être utile, ce qui, généralement, implique de donner du temps et des efforts envers quelque chose. Cela m'apporte la paix. (Devinez qui fait la sauce cette année !!!)

    Cette citation n'est pas censée être larmoyante - parce qu'en fait, je la trouve inspirante - mais elle exprime ce que je veux dire. Elle est de Sonya dans la pièce Oncle Vania de Tchekhov:

    'Que pouvons-nous faire ? Nous devons vivre nos vies intensément... Nous allons vivre, oncle Vanya. Nous allons vivre d'infinis cortèges de jours et de longues soirées. Nous allons supporter patiemment les épreuves que le destin nous enverra. Nous allons travailler dur pour les autres, maintenant et jusqu'à ce que nous soyons vieux... Et quand notre heure arrivera, nous la rencontrerons humblement... Nous entrerons dans une vie lumineuse et magnifique. Nous nous réjouirons... Un sourire tendre, et nous nous reposerons. Nous entendrons la voix des anges. Nous verrons les cieux briller comme un diamant. Nous verrons le mal et toute notre peine disparaîtrent dans la miséricorde qui submergera l'univers. Notre vie deviendra calme et tendre et douce comme une caresse. J'ai la foi... Nous nous reposerons."

     

    Maladroitement envoyé de mon iPad

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Comme chaque année, Richard a envoyé un message de voeux à ses fans.

    En cette année 2014, il a choisi de s'adresser à eux via Twitter. 

    En voici la traduction

     

     

      

     Chers Amis 

     Un petit essai de Noël pour que tous puissent en profiter. Pas de favoritisme, je le  promets (à part pour la photo de @studiobaby)

     

     

     

     Je voudrais vous souhaiter à tous de Joyeuses Fêtes. Cela a été, pour moi, une  incroyable année de créativité et je suis si fier d'avoir pu partager tout ça avec un  groupe de supporters tels que vous. Merci d'être si investis dans mon travail, de  faire que les projets, dont j'ai eu la chance de faire partie, aient été un succès.   The Crucible a été un moment déterminant dans ma carrière tout comme le  dernier épisode du Hobbit, la Bataille des Cinq Armées, qui s'achève de manière  géniale en culminant au box-office mondial. Cela a été, aussi, un privilège de  visiter tant de pays dans les tournées de presse, en espérant que la prochaine  fois, je pourrai aller dans d'autres endroits que je n'ai pas encore visité.

    Merci, aussi, pour votre soutien sur Twitter, mon intention était de m'amuser, d'aider à promouvoir mon travail et des oeuvres de charités que je soutiens. Votre générosité est, comme toujours, bouleversante. J'ai renouvelé ma collecte de fonds sur www.justgiving.com à Childline, Barnanos, Shelter, Salvation Army, Anthony Nolan Trust et Young Minds. Ensemble, nous avons donné près de 45 000 £ ( 57332.14 € ). Je vérifie régulièrement et je vois tout vos dons, mais, même si vous avez très peu à donner, quelques pièces dans une boîte, un moment de votre temps ou juste votre considération et faire passer le message, c'est (déjà) quelque chose.

    C'est encore ce moment de l'année où nous nous faisons un petit peu plaisir, je suis sûr que la plupart d'entre vous mérite un bon repos, de faire la fête et de s'amuser. C'est définitivement le moment de donner et ce geste n'a pas de valeur financière (marchande) pour moi. Vous m'avez envoyé de si merveilleux cadeaux, je les apprécie tous. On m'a tant donné cette année et je suis reconnaissant au-delà des mots.

    Je vous souhaite à tous un Noël génial, si ce n'est pas une célébration religieuse pour vous, un jour férié génial.

    Je souhaite, aussi, entre autres choses en 2015, de nouvelles idées, de nouveaux objectifs. Mais la chose la 'plus fidèle' qui ne m'a jamais laissé tomber est d'essayer de penser un peu moins à moi et de faire en sorte que chaque nouvelle rencontre soit bonne.

    Mangez, buvez, soyez heureux : Joyeux Noël

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Traduction de l'article du Berliner Kurier - 10 Mars 2016

    Merci à Ali pour les scans de l'article à voir sur richardarmitagenet.com

    Traduit de l'allemand par Jolie pensée

     

    Berlin, tu es si magnifique et si énervante (1)
    Deux stars britanniques et leur vision personnelle de la capitale

     

    Dans la trilogie du Hobbit, il est le roi des nains, à Berlin, il vient en aide aux personnes. La star d'Hollywood, Richard Armitage, 44 ans, qui tourne justement la série télé 'Berlin Station' dans la capitale, s'est retrouvé en plein coeur de la crise migratoire. Depuis l'automne, l'acteur Britannique tourne une série américaine d'espionnage dans laquelle il est un agent de la CIA dont l'histoire se passe à Berlin.
    Déjà au début du tournage en septembre, Armitage avait été confronté à la crise migratoire. Dans une lettre ouverte qui a été publiée sur Twitter, l'acteur de 44 ans a écrit que la production devait déménager en urgence parce que les bâtiments devaient servir d'hébergement aux migrants et il était impressionné par la sympathie des berlinois.
    L'acteur britannique a passé les fêtes de Noël auprès de sa famille, mais ses pensées sont restées à Berlin, écrit-il. Il a écouté le discours de la nouvelle année de la chancelière Angela Merkel qu'il a ressenti courageux et saisissant concernant les "blessures du passé", rappelant la guerre et la terreur de l'époque nazie.
    La crise migratoire a encore plus fortement préoccupé Richard Armitage "Nous vivons à une époque où la peur s'accroît", écrit-il en faisant référence à la montée des partis d'extrême droite.
    "Je suis juste un acteur stupide plutôt ordinaire", dit-il à son sujet, mais qui veut aider. Il a donc préparer des vêtements, du chocolat et des livres de coloriage et a rendu visite à un hébergement de migrants à Spandau (2).
    Au début, il avait été un peu nerveux, il avait peur que ces personnes désespérées puissent se sentir comme des animaux dans un zoo. Au centre d'accueil, il s'est tout particulièrement intéressé aux enfants qui avaient vécu le traumatisme d'une longue fuite. Il a fait la comparaison avec sa propre enfance qui était tranquille et sans danger. Sa nervosité du début a été d'ailleurs vite effacée car il a appris lors de cette visite que les réfugiés étaient des personnes avec des besoins normaux, qui pleuraient parfois mais aspiraient particulièrement à avoir leur propre foyer.


    Ndlt :

    (1) L'article est composé de deux parties: celle sur Richard qui porte sur la crise migratoire et l'autre partie sur Fran Healy, le chanteur du groupe Travis, qui reproche aux berlinois leur manque de courtoisie et leur comportement au volant, d'où l'adjectif "énervante" du titre de l'article.

     

    (2) Arrondissement de la partie ouest de Berlin.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le samedi 5 Mars, Richard Armitage a visité le Berliner Stadtmission pour passer du temps avec les familles de réfugiés. Il a été bouleversé par son expérience et a tenu à la partager via un message sur son compte Twitter.

    Voici la traduction du message ainsi que celle de l'article allemand sur cette visite paru quelques jours plus tard dans le magasine Berliner Kurier (Merci à Jolie Pensée pour la traduction de l'allemand)

     

    Traduction du message Twitter de Richard sur les réfugiés - 5 mars 2016

     Traduction Translator Girl

     

    - Message Twitter de Richard sur les réfugiés & Article du Berliner Kurier - Mars 2016

    - Message Twitter de Richard sur les réfugiés & Article du Berliner Kurier - Mars 2016

    - Message Twitter de Richard sur les réfugiés & Article du Berliner Kurier - Mars 2016

    Cliquer sur les photos pour les agrandir © Richard Armitage Twitter

     

    Ma compréhension de ce qui est arrivé en Allemagne - d'abord à Berlin avec l'arrivée estimée à 1 million de migrants à Berlin et de 480 000 réfugiés ailleurs dans la région en décembre 2015 - a commencé en septembre 2015 alors que j'étais là depuis un jour pour rencontrer l'équipe de production d'une nouvelle série TV 'Berlin Station' à laquelle je participe pour Epix, Paramout et Anonymous Content. Le jour où je suis arrivé, le bureau était affairé à emballer des cartons, des ordinateurs, des storyboards. Tout était en place pour commencer la production mais le bâtiment avait été réquisitionné par le gouvernement allemand, comme d'autres endroits incluant des gymnases d'école et un espace au vieil aéroport du Tempelhol, afin de fournir un hébergement d'urgence pour ces réfugiés qui avaient besoin d'un endroit où s'abriter avec l'hiver berlinois qui arrivait à grand pas.

    L'atmosphère au bureau de production était sereine et assez animée alors qu'ils (j'aimerais dire nous) déménageaient à Friedrichshain, Postsdam et aux Studios Babelsburg. Novembre est arrivé et nous avons commencé à tourner de manière rapide et intensive ce qui laissait très peu de temps pour s'arrêter et réfléchir. Noël est arrivé et je suis rentré dans ma famille mais mes pensées revenaient vers Berlin et au Nouvel An, Angela Merkel a fait un discours sur " Une politique de la porte ouverte ", " Une chance pour demain " et plus fermement sur le fait " Qu'il est crucial de ne pas suivre ceux qui, avec froideur ou qui ont de la haine dans le coeur, revendiquent l'exclusivité d'être Allemand en cherchant à exclure l'autre ". J'ai trouvé que c'était un discours courageux et incroyable de la part de la dirigeante d'un pays si marqué par son passé. Mais allons, comme on me le rappelle (je le fais moi-même et les autres aussi) " Qu'est-ce qu'un acteur comprend aux choses ? " " Pourquoi devrait-il partager ses opinions sur la politique ? ", " Ce n'est pas son pays " etc, etc. Et bien nous semblons tous vivre dans une période où la peur s'accroît. L'Angleterre va avoir un référendum pour décider si elle quitte l'Union Européenne avec comme sujet brûlant les contrôles aux frontières. Des voix d'extrême-droite grandissent en Angleterre, en France et ailleurs et aux USA où il y a une tension raciale importante - le mot immigré est maintenant pointé de manière péjorative et un politicien américain aux idées qui paraissent tellement rétrogrades est en contradiction avec ce dont parlait Angela Merkel - ont fait que j'ai ressenti le besoin de m'exprimer sur le genre de monde dans lequel je veux vivre, celui auquel j'aspire.

    J'ai tiré le bon numéro quand je suis né, ainsi que beaucoup d'entre nous, parce que nous sommes nés avec un niveau de vie dont tant d'enfants sont privés. Je suis anglais, britannique, mais je n'ai jamais adressé de requête à la terre sur laquelle j'ai grandi. Je pense que nous sommes des gardiens, oui, mais je crois vraiment que nous avons été chanceux, suffisamment pour apprécier une maison, de la nourriture, une éducation, des services de santé... (oui je connais 'l'état-providence') *, la liberté d'expression, la liberté de se rendre à l'école sans être tué ou bombardé. Tout ça n'appartient pas juste à moi. Je crois que c'est le droit de chacun, alors ceux qui fuient devant la terreur devraient être reçus à bras ouverts.

    Il y a des écrits sur papier ou des paroles philosophique, mais je voulais voir comment ça se passe dans la pratique, parce que ça DOIT marcher, nous ne pouvons pas tourner le dos aux personnes: familles, enfants dans l'obligation de faire face à ..... quoi ? Peut-on à peine imaginer à quoi ressemble cette horreur ?

    Alors oui, je suis un acteur stupide plutôt ordinaire, mais au fil du temps, j'ai développé des compétences, une réflexion, un certain niveau d'analyse psychologique, principalement de personnages de fiction, mais surtout une grande part d' Empathie (je met une majuscule parce que c'est un mot important) et je suis sans aucun doute au-dessus de la moyenne dans ce respect. Je voulais utiliser ces atouts pour apprendre quelque chose du travail qu'avait fait la Berliner Stadtmission pour que cette situation fonctionne.

    C'est samedi matin et j'ai rempli un sac de vêtements dont je ne voulais plus (ouais, il y a quelque part dedans un costume de MI-5), je suis allé chercher quelques couvertures, des chocolats de Pâques, des livres de coloriages, des livres de fiction et un génial mini-réservoir d'hélium avec un tas de ballons pour les enfants. La visite a été organisée par Michael Scheel (notre producteur délégué), Frederike Gralle et Dorthe Wolner-Hanssen qui travaillent sur Berlin Station et qui visitent régulièrement un refuge à Spandau ; accompagnés par moi-même et Michelle Forbes (mieux connue comme actrice végétalienne!!!). Je suis un peu nerveux surtout du fait que je pourrais paraître offensant en venant 'voir' ces gens désespérés comme s'ils étaient des animaux dans un zoo, mais le stress disparaît aussitôt que nous sommes salués par les gardes des sécurité. Il y a une présence de la sécurité qui, après interrogation, est à la fois interne et externe parce qu'étonnamment, il y a eu des tensions culturelles qui doivent être maîtrisées à l'intérieur des refuges. J'en déduis que des gars de la sécurité ont été aussi 'réquisitionnés' (quelques ex videurs de boîtes de nuit avec de multiples compétences linguistiques ont aussi trouvé une nouvelle maison).

    Ainsi, nous sommes les bienvenus, avec nos petits cadeaux que nous déposons dans un endroit de stockage plutôt bien organisé, nous jetons un coup d'oeil à une nouvelle construction de box qui abriteront les familles. Je me sens soudainement envahi d'un sentiment d'impuissance 'que sommes-nous venus vraiment faire ici ?' . Alors, je demande si je peux apporter quelques ballons aux enfants que nous pouvons voir en train de jouer dans une petite classe temporaire. On me dit que beaucoup d'enfants ont vécu un tel traumatisme qu'un ballon qui peut éventuellement éclaté n'est probablement pas une bonne idée. C'est mon premier coup de semonce. La plupart des enfants sursautent et rient au son d'un ballon qui fait boum, mais ces enfants viennent d'un monde où ce son est associé avec une peur réelle. Ok. Ok.

    Alors je vais m'asseoir à une table où des enfants sont en train de colorier, de découper du papier et de dessiner. J'emprunte des crayons et je me joins à eux. Ca prend un certain temps, mais, assez vite, j'obtiens des noms et grâce à mes dessins géniaux de coiffure punk multicolore, on commence à me grimper dessus …. et bien, on m'escalade comme sur une cage à poule, mais c'est quoi tout ça ! Mishka est assise sur le tapis de jeu en train de se faire de nouveaux amis, et lorsque j'ai épuisé toutes les coiffures punk auxquelles je pouvais penser, j'ai décidé qu'il était temps de jouer avec des Lego. Il y avait un garçon d'environs 8 ans, que je vais appeler Paul. Paul était dans un coin avec tous les blocs de Lego en train de construire un énorme mur. Oui, un #Mur. Quelques-uns des petits enfants ont ramassé des pièces éparses pour construire le mur, alors je me suis assis et j'ai aidé Paul. Au début, je le rendais un peu nerveux, mais je me concentrais sur la construction et pas sur lui, et nous avons tissé des liens autour de ce mur imposant que nous construisions. Une fois fini, je lui ai donné une tape dans le dos (Paul était plutôt concentré sur son mur), il s'est levé et lui a donné un coup de pied à la base, l'a détruit avec un large sourire sur son visage, puis, il a commencé à le reconstruire. Je sais que les enfants aiment faire ce genre de choses mais il y avait quelque chose dans la détermination avec laquelle il l'a fait qui m'a donné une idée de son expérience. C'est ce qu'on vécu la plupart de ces enfants, ces petits qui font leur premiers pas dans la vie. En compagnie de leurs parents, certains ont voyagé avec seulement les vêtements qu'ils avaient sur le dos et deux choses qui leur appartenaient et jusqu'à 35 jours, nous a-t-on dit, en marchant vite, parfois en courant, puis par bateaux, camions, par bus pour arriver, là, aux 'portes ouvertes' d' Angela Merkel. J'essayais d'imaginer comment ça devait être pour ceux qui n'avaient pas été si chanceux, ceux qui ont été stoppé par des clôtures, des frontières et la terrible, terrible destination pour ceux qui n'ont pas réussi, qui se sont noyés.

    Je ne suis pas un psychologue, je suis juste intéressé par les gens, mais je pense à mon enfance qui était protégée et sécurisée comparé au traumatisme extrême vécu par ces gamins fuyant loin de chez eux qui voient la terreur sur le visage de leurs parents.

    Il est temps de ranger… J'aide la plus belle petite fille qui balaye le plancher avec un balai cassé… Si seulement j'avais amené un balai et pas des ballons !!!!! Mais le balai cassé fait comme un hélicoptère sur le sol et ça la fait rire, et je ris de son rire et elle rit du mien, de son rire sur son balai cassé. Le sol n'est pas vraiment bien balayé, elle court manger et je finis le travail. En pensant à une jolie classe propre pour l'après-midi, je serre très fort dans mes bras une des professeurs, Behnaz Kazemi, pour lui dire merci, parce qu'elle est vraiment un lien vital pour les enfants. Elle a un grand sourire rayonnant, qui est, j'imagine, ce dont chaque enfant a besoin, plus qu'un stupide ballon.

    Chaque volontaire qui travaille avec la Mission Berliner Stadt au refuge est une part de ce salut. Ils prennent tous tant d'initiatives. J'ai entendu parler d'une idée de Jardin de ville pour que les familles puissent s'occuper d'une petite parcelle, faire pousser des légumes... C'est là-dessus que nous partons. Il y a une file d'attente dans l'immense réfectoire qui a été décoré avec 4 énormes palmiers. Ce n'est définitivement pas les Bahamas, mais ça donne une impression de vacances. Demain 6 Mars, c'est l'anniversaire de la Mission Berliner Stadt (j'ai entendu le 135ème mais ce doit être incorrect) **, quoiqu'il en soit il y a une fête de prévue, beaucoup de personnes vont venir le célébrer, il y aura un discours et peut-être pas mal de rigolade. Moi, je me suis amusé mais il y a eu des moment où j'ai été choqué, avec de la tristesse pour ce qui est arrivé, mais je m'en vais avec le souvenir de ma petite Cendrillon, rigolant de son balai cassé. 

    Ndlt :

    * L'État providence fait son apparition en Angleterre avec le rapport de Lord William Beveridge intitulé Social Insurance and Allied Services. Paru en 1942, ce document développe la notion de Welfare State (ou "État de bien-être"). Il rejette le système d’assurances sociales réservées aux seuls travailleurs ainsi que le principe d’une assistance limitée aux plus démunis et introduit l’idée d’une protection universelle de tous les citoyens financée par l’impôt. Il plaide pour un système de Sécurité sociale à la fois : 

    - généralisé : chacun, par sa seule appartenance à la société, doit avoir le droit de voir ses besoins minimaux garantis par la solidarité nationale; 

    - unifié : une seule cotisation est nécessaire pour accéder aux différentes prestations; 

    - uniforme : les prestations sociales sont les mêmes pour tous; 

    - centralisé : le système est géré par un organisme public unique; 

    - global : le système regroupe l’ensemble des aides et des assurances.

    Pour plus d'informations sur le sujet :  http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/finances-publiques/approfondissements/etat-providence.html 

     

    ** La Berliner Stadtmission a été fondée le 9 mars 1877 et a donc fêté ses 139 ans (Merci à Wickie Lila pour l'info)

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Traduction de la courte interview de Richard dans l'article UPI du 22 septembre 2016.

     

    Article original à lire ici 

    Traduction par Jolie pensée

     

    Richard Armitage nous parle de sa vie à New-York et de ses débuts à Broadway :

    "C'est un peu comme un rêve pour un acteur". 

     

    'Love, Love, Love', produit par Roundabout Theatre Company - avec Alex Hurt, Zoe Kazan, Ben Rosenfield et Amy Ryan - Début prévu jeudi soir.

     

    - Traduction de l'interview UPI, 22 septembre 2016

     

    NEW YORK, 22 septembre (UPI) - L'acteur britannique de cinéma, de théâtre et de télévision Richard Armitage dit que vivre à New-York et faire ses débuts sur scène à Broadway dans la pièce "Love, Love, Love" de Mike Bartlett c'est "un peu comme un rêve".

    La production Roundabout Theatre Company emploie aussi Alex Hurt, Zoe Kazan, Ben Rosenfiled et Amy Ryan. Avec une soirée officielle prévue pour le 19 octobre, la pièce sera jouée en représentations limitées jusqu'au 18 décembre au théâtre Laura Pels au Harold et Miriam Steinberg Center for Theatre. La comédie à l'humour noir est mise en scène par Michael Mayer.

    " Nous avons besoin du public, donc tout le monde est très excité et pressé de jouer, " a dit Richard Armitage à UPI lors d'une interview téléphonique.


    "C'est une première pour moi, mais c'est une pièce sympa. C'est une bonne pièce. Cela traite de différents sujets importants mais en même temps, c'est très drôle. J'ai répété pendant 4 semaines et je crois que j'ai ri tous les jours, ce qui était vraiment motivant ", ajoute-t-il. " Je voulais travailler avec Michael Mayer depuis longtemps. Je suis aussi un admirateur du travail de Mike Bartlett depuis un moment, donc l'opportunité de travailler sur une pièce anglaise dans un cadre américain, était, je pense, vraiment très bien. Je voulais travailler avec Roundabout depuis un moment aussi. Donc l'association des trois est très bien tombée ".

    L'acteur de 45 ans a dit qu'il aimait vivre à New-York.

    " C'est fascinant. C'est tellement chouette de sortir de chez soi, prendre le métro et arriver dans la 42ème pour aller travailler. C'est un peu comme un rêve pour un acteur. Je devais me pincer chaque jour. Alors oui, j'adore ça. C'est vraiment vibrant, " a-t-il dit.

    Quand on lui demande s'il attire beaucoup plus l'attention de ses fans quand il sort, il répond:

    "J'ai toujours eu de la chance avec ça. En général, on ne me reconnait pas. Les affiches de ma nouvelle série télé 'Berlin Station' ont commencé à être éditées donc il y a quelques personnes qui marquent un temps d'arrêt quand elles me croisent mais globalement c'est vraiment facile de vivre à New-York. Je pense qu'il y a plein de personnalités avec qui les gens sont vraiment cool. "

    Armitage est connu pour son rôle dans Le Hobbit, ainsi que dans les séries télévisées Hannibal, MI-5, Robin Hood et North and South. Sa nouvelle série d'espionnage Berlin Station débute le 16 octobre sur EPIX.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • ♫ Joyeux RAnniversaire, joyeux RAnniversaire, joyeux RAnniversaire, Richard, Joyeux RAnniversaire ♫

    Et oui, aujourd'hui, Richard Armitage fête ses 45 ans et nous sommes tous et toutes fiers-fières de participer (un peu) à cet évènement ! 

    Voici donc les hommages de ce cru 2016 !


     

    Patricia Fouquet (TerreNature) a mis tout son cœur dans ce montage et nous nous reconnaissons dans ce qu'elle ressent... Merci ♥ (cliquez sur les photos pour les agrandir)

     RAnniversaire 2016  RAnniversaire 2016

    RAnniversaire 2016

     RAnniversaire 2016  RAnniversaire 2016

    RAnniversaire 2016


    Jolie Pensée a écrit ces vers et nous ne pouvons que nous incliner : grande dame !

     

    Une seconde d'éternité

     

    J'ai souvenir d'avoir déjà paraphrasé La Boétie et MontaigneRAnniversaire 2016

    Pour votre fête, à la Saint-Richard, pour un de mes poèmes,

    Cette année dans les vers de Pouchkine je butine ces mots

    Dits en russe, ils sont encore plus chantants, plus beaux:

     

    En vérité
    Je t'ai reconnu tout de suite.
    Ce fut en moi un froid, un feu,
    Et dans mon cœur, j'ai dit : c'est lui !

     

    Lui, en premier, ce fut Lucas, agent secret au regard fascinant,RAnniversaire 2016

    Ensuite il y eut Monet et John, criant à sa belle qu'il l'aimait tant,

    Je découvris un autre John, puis Thorin, le roi tourmenté,

    Et un jour ce fut en moi un froid, un feu, Lui, Richard m'apparaît.

     

    Après quatre heures d'une émotion non contenue,

    Le cœur au bord des lèvres, les yeux pleurant sans retenue

    Sa  voix qu'il me semble entendre pour la première foisRAnniversaire 2016

    Et son talent si immense qu'il en décuple mon émoi.

     

    Puis je l'aperçois soudain, beau comme une statue antique,

    Je l'ai cru irréel sorti d'un rêve, d'une vision hypnotique

    Un sourire rien qu'à moi, quelques mots et disparaît,

    Ne reste que son sillage dans lequel je m'étais enivrée.

     

    Je garde de cette rencontre éphémère, ce sourire à la dérobée,RAnniversaire 2016

    Une rêverie, un fragment de bonheur saupoudré d'éternité.

    Parce que toutes mes pensées pour lui sont douces et jolies

    Parce qu'un beau jour "Dans mon coeur, j'ai dit: c'est Lui!"

     

    Jolie pensée - Juillet 2016

     Crédits photos RichardArmitageNet

     


    Geek Lady nous parle d'une année "particulière"...

    A la suite de Richard Armitage qui nous incite à l'empathie, qui nous exhorte à ne pas nous recroqueviller dans notre bulle et à nous ouvrir aux autres, je voudrais adresser un message : nous vivons une époque plus dure que jamais partout dans le monde. On voudrait nous faire plier sous les coups, on voudrait nous faire peur, on voudrait changer nos modes de vie... J'aimerais que nous soyons assez forts pour ne pas plier mais se redresser, ne pas avoir peur mais avancer, ne pas changer mais s'adapter. Que chaque vie prise soit comptée pour se souvenir, pas pour rester paralysés. Parce que "Je suis Charlie" et que je suis aussi "Bangladesh", "Irak", "Allemagne", "Etats-Unis", "Somalie", "Tunisie", "Turquie", "Afghanistan", "Belgique", "Royaume-Uni"... et je serai partout où il faudra porter haut les valeurs du partage et de la démocratie.

    “Puissent tous les hommes se souvenir qu'ils sont frères." VOLTAIRE


    Quant à nous, nous avons déjà eu notre cadeau d'anniversaire pour les 4 ans de ce blog : Richard a ouvert récemment un compte Facebook et un compte Instagram et nous voilà encore plus proche de ce gRAnd monsieur... ! Mais ce qui nous est cher aussi, ce sont ces liens qui se sont noués entre RAddicts devenues RAmies... Vous avez été près de 150 000 visiteurs sur ce blog en 4 ans, ce qui fait plus de 100 connexions par jour en moyenne ! Vous êtes plus de 1300 sur Twitter et plus de 1700 à suivre la Page Facebook Richard Armitage France French Armitage Army où, en plus des actualités traduites de Richard, nous vous assurons un réveil puis de doux rêves avec Richard...

    Nous tenons à vous remercier sincèrement de votre fidélité, de vos messages et de vos commentaires qui nous montrent chaque jour que les messages de partage, d'écoute et d'empathie aux autres que lancent Richard Armitage ne sont pas de veines paroles : il y a dans son ARmy, de bien belles personnes que nous sommes fières de connaitre ♥♥♥

    Alors, soufflons ensemble ces bougies : 1, 2, 3, 4 !

    RAnniversaire 2016

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Traduction du message que Richard a posté le 17 juin 2016 sur le blog de The Cybersmile Foundation

    Message original à lire ici

     

    Traduction de Jolie pensée

     

    Traduction du message Cybersmile, 7 juin 2016

     

    Pardon et intention

     

    Salut tout le monde, c'est le jour "stop au cyber harcèlement" 

    Je suis honoré une fois encore d'être l'ambassadeur de cette organisation qui aide tant de personnes jeunes et moins jeunes à naviguer sur le web et les réseaux sociaux en toute facilité et toute confiance.

    Je parlais récemment avec une amie, une ancienne actrice devenue depuis psychologue et thérapeute. Nous parlions du lien entre nos deux professions. Les "outils" qui lui permettent de développer sa compétence sont l'empathie et l'observation. Nous avons longuement parlé des "standards" par lesquels nous nous faisons happer, des récits que l'on se fait et de l'idée de 'se laisser tranquille' (soi-même). 

    C'est une des grandes leçons de la vie, 'se laisser tranquille' . Cela veut dire, juste stopper ces voix intérieures, le plus souvent négatives, qui tournent en rond comme le mécanisme d'une montre. Quand on a ce discours critique avec soi-même, on se renferme en se détournant du monde, au sens large.

    Nous le faisons tous, nous avons des attentes, pas seulement envers nous-mêmes mais aussi envers le comportement des autres et leurs rôles tout autour de nous, en face de nous et dans le cyber-espace. Quand on se libère de ces expectatives, on risque d'être surpris.

    Une grande partie de mon travail d'acteur est stimulé par l'empathie et l'observation. Je suis parfaitement conscient des personnages que je joue, de comment je les joue et de ce que j'apporte aux gens. Précédemment, dans ma carrière, je me suis focalisé sur les notions de "héros" ou "anti-héros", bon ou mauvais. En prenant de l'âge, cette quête devient très compliquée. On me reproche de représenter la violence ou les caractéristiques plus profondes, plus sombres et complexes de la condition humaine. Mes choix reflètent mes visions de l'humanité. Je crois que chaque homme mérite de l'empathie. Ce mot est souvent mal interprété; pour moi, cela signifie "mettre une personne dans les chaussures d'une autre dans le but qu'elles se comprennent". C'est la clé de mon travail et peut-être, comme le suggérait mon amie la psychologue, la clé pour que la société fonctionne harmonieusement. C'est un beau mot. Ce n'est pas simple à appliquer.

    Je pense qu'un des problèmes auxquels nous sommes confrontés de nos jours est le désir de cliver la société entre les bons et les mauvais. Vrai ou faux. Le problème avec ça, c'est l'intention. Nous croyons que nous sommes bons et qu'ils sont mauvais mais qu'en est-il si les mauvais pensent qu'ils sont bons et vice versa ? Et qu'en est-il si nous sommes à la fois bon et mauvais ? Et quid si nous avons tous les deux un arsenal militaire censé démontrer par l'affrontement qui a raison ou tort ?

    Ne vous méprenez pas, il y a "des actions" dans ce monde qui sont inconcevables et abjectes, mais il y a les êtres humains pour transformer les intentions en action. Ca salit l'être humain et la société mais nous jaillissons tous d'un même endroit pour y retourner plus tard, où qu'on soit ou quoi qu'on fasse, on croit qu'on est à la bonne place.

    Sur le web, nos mots sont nos armes et nous devons les modérer. Nous devons penser aux sentiments des autres avant d'exposer les nôtres, penser à comment nos mots blessent. Il y a une bien plus dangereuse "popotte" sous-jacente, sur le web, alimentée par les mots. Ca fait peur, ça provoque, ça radicalise. A notre manière, nous pouvons être les défenseurs  de l'harmonie, de la tolérance, de l'équité et du pardon.

    Ne sous-estimez jamais vos mots. Utilisez-les avec précaution, a fortiori si comme moi, vous croyez en ce modèle de société.

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Traduction de l'interview de Richard pour Urban & the Shed Crew, 27 avril 2016

    Un gRAnd merci aux ladies de richardarmitagecentral.co.uk pour la transcription à lire ici

    Photos ©RichardArmitageFrance from Urban and the Shed Crew video

     

    En fait, j'ai lu le script à l'aéroport, en rentrant à New York, j'ai été si happé par l'histoire que je suis allé sur Internet, j'ai trouvé le livre de Bernard Hare et j'ai été vraiment inspiré par son expérience et ce qu'il a fait. Le fait que tout ça soit rassemblé dans une grande histoire si cohérente était vraiment une évidence.

    Traduction de l'interview de Richard pour Urban & the Shed Crew, 27 avril 2016En fait, je n'ai jamais joué auparavant une personne qui existe mais j'ai toujours dit que c'est quelque chose que je voulais faire. Ca ne devait pas être nécessairement une personne célèbre mais je voulais jouer quelqu'un qui est toujours en vie, avec qui je pourrais parler. Je l'ai fait depuis Urban & the Shed Crew dans un autre projet et c'est, en fait, assez difficile, parce qu'au moment où j'ai rencontré la vraie personne, celui où je me suis assis à côté de Bernard Hare, en tant qu'acteur, je me suis senti incroyablement gêné et je sais qu'en tant que personne il s'est senti très gêné parce qu'on s'étudiait l'un l'autre. Il m'étudiait et pensait à ce que j'allais faire de l'histoire de sa vie et je le regardais en pensant 'vais-je apporter la vérité et le sérieux dont a besoin l'histoire de votre vie ? '. Mais, cela a été une expérience vraiment agréable, et, vous savez, nous avons raconté l'histoire pour divertir le public mais, en même temps, il y a dedans un message, alors on espère avoir réussi les deux.

    Traduction de l'interview de Richard pour Urban & the Shed Crew, 27 avril 2016Je n'avais jamais travaillé autant avec des enfants ou des animaux avant ceci, mais j'étais vraiment excité à l'idée de travailler avec tous ces gosses - les acteurs qui les interprètent - et, en fait, nous avons du rencontrer certains des vrais Shed Crew, qui, bien sûr, ont grandi, mais avoir cette contribution c'était vraiment précieux. Vous savez, l'expérience la plus excitante a été de tourner avec Frasier Kelly qui m'a inspiré chaque jour que nous travaillions, c'est un enfant si intelligent, perspicace et empathique ! C'est la chose qui m'a surpris chez Frasier. Des enfants de cet âge ne ressentent pas forcément d'empathie, mais lui, il en a vraiment, et j'ai cherché à faire quelque chose pour m'amuser avec le rôle parce que j'ai tendance à jouer des personnages sombres. 

    C'est un monde terrible que nous dépeignons, mais il y avait tant d'amour entre ces deux personnages qui s'aident mutuellement pour survivre dans une situation désespérée que je voulais vraiment trouver cela dans la relation entre moi et Urban, joué par Frasier Kelly, et alors, je suis allé travailler chaque jour avec l'unique ambition de le faire sourire et rire.

    Traduction de l'interview de Richard pour Urban & the Shed Crew, 27 avril 2016Anna Friel n'a apporté rien d'autre que des ennuis à ce film. Non ! Anna... Je ne pouvais imaginer une meilleure personne pour jouer Greta. C'est une actrice très consciencieuse, elle va très loin. Je pense qu'elle amène quelque chose au personnage. Il y a quelque chose de brisé dans ce personnage, mais Anna lui a apporté une dimension chaleureuse, ce qui fait que vous vous attachez vraiment à elle et entre de mauvaises mains ce personnage n'aurait pas été sympathique.

    Mon lien avec la ville de Leeds vient du fait que mon père et deux de ses sœurs y ont grandi. Je pense que la famille de la sœur de mon père, de Traduction de l'interview de Richard pour Urban & the Shed Crew, 27 avril 2016ma tante, vit encore ici.  J'ai une grande famille ici, et je ne pense pas qu'ils soient forcément dans la même situation désespérée parce que les enfants dont nous parlons dans l'histoire n'avaient pas la vie facile. Alors, je ressens un vrai lien avec la ville, et une de mes référence, en fait, est le mari de ma cousine, qui est policier. Malheureusement, il connaît très bien tous les endroits où nous avons tourné parce que ce sont des zones plutôt défavorisées et qui ont une réputation malfamée, aussi, j'ai beaucoup parlé avec lui sur les expériences de baston qu'il avait eues.

    Je pense qu'aujourd'hui, la situation pour les enfants sans-abris et les enfants malchanceux au Royaume-Uni est toujours difficile et c'est encore un défi, parce que plus nos vies deviennent aisées plus nous nous protégeons face à cela. Nous n'allons pas dans ces parties de la ville comme ça on n'en voit pas trop. Ça n'intéresse pas les médias parce que ce n'est pas agréable à regarder, alors, on a tendance à le reléguer aux oubliettes. C'est pour cela que je suis ambassadeur pour des œuvres de charité qui s'occupent d'enfants ayant des problèmes de santé mentale, de harcèlement en ligne et maintenant d' 'Action for Children' qui a travaillé sur ce film. Je pense que le travail qu'ils font est très important parce qu'ils fournissent toutes sortes d'aides psychologiques différentes, d'abris, la forme la plus simple d'aide, tout ce à quoi ils peuvent penser. C'est ce que Bernard Hare avait compris, qu'il ne s'agit pas que d'argent, mais que c'est vraiment de l'attention et du temps, et il a passé tellement de temps à s'occuper de ces enfants ! Je pense qu'ils vont bien maintenant mais, il y a encore beaucoup de travail à faire, et il y en aura toujours.

    'Action for Children' soutient notre film, Urban & the Shed Crew, pour aider les enfants comme Urban qui sont en situation difficile dans les rues de l'Angleterre d'aujourd'hui. J'espère que ce film sensibilisera le public et aidera leur cause.

    Traduction de l'interview de Richard pour Urban & the Shed Crew, 27 avril 2016 Traduction de l'interview de Richard pour Urban & the Shed Crew, 27 avril 2016 Traduction de l'interview de Richard pour Urban & the Shed Crew, 27 avril 2016
      Captures écran ©RichardArmitageFrance  
    Traduction de l'interview de Richard pour Urban & the Shed Crew, 27 avril 2016 Traduction de l'interview de Richard pour Urban & the Shed Crew, 27 avril 2016 Traduction de l'interview de Richard pour Urban & the Shed Crew, 27 avril 2016
    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Berlin Station , Epix , 2016 



    Berlin Station Le personnage :
     Richard interprète Daniel Miller, un membre des services de renseignement américain chargé de recruter et de traiter des agents, qui est envoyé dans l'agence étrangère de la CIA à Berlin en Allemagne. Sa mission est de découvrir la source d'une fuite qui a fourni des informations à un dénonciateur désormais célèbre sous le nom de Thomas Shaw. Guidé par le vétéran blasé Hector DeJean, il apprend à composer avec le monde de l'agent de terrain, la tromperie, les dangers, les compromis moraux... 

     

    Notre avis : Berlin station est une excellente série, ambitieuse et complexe ! Nous avons visionné les deux premiers épisodes 2 fois (avec sous titres en français !) avant de pouvoir "rentrer" dans le sujet, positionner les protagonistes et vraiment profiter du scénario !! Une fois ce cap passé, la série est prenante et même surprenante : qui est Thomas Shaw ? Même quand on le découvre, le suspense ne tombe pas ! Il faut dire (sans spoiler) que lorsque Daniel Miller/Richard Armitage s'écroule sur la place au début de la saison, on ne peut que suivre le fil de l'histoire qui arrive à cette scène : mourra, mourra pas, mourra...encore ?

    Notre Chouchou est tout en professionnalisme "version espion", et retenue. Autour de lui, les acteurs sont tous excellents : venimeux, tortueux, blessés, ambitieux, méfiants mais jamais indécis ou pleutres. On est agent secret ou on ne l'est pas !!

    Bref, nous avons passé un bon moment et nous vous recommandons de vous accrocher : Berlin Station en vaut la peine et pas que pour Richard Armitage smile

     

    ---------------------------------------------------

    - Tournage à Berlin - 

     

    Le tournage de la mini-série américaine en 10 épisodes 'Berlin Station' a commencé en Allemagne en novembre 2015. Peu de photos ou d'informations mais des photos hors contexte sont apparues sur Facebook ou sur Twitter lors de manifestations auxquelles Richard a participé.

      

    Photos

     

    Photos de tournage Getty Images à voir ici

    Berlin Station

    Berlin Station

    2 photos promotionnelles ©http://www.berliner-zeitung.de

    Berlin Station

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Berlin Station

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Des photos de tournage sont visibles sur le Weibo de nos amies chinoises qui ont acquis des droits de reproduction. Merci à elles de les avoir partagées : ©Richard Armitage CN (Interdiction de reproduction sur les réseaux sociaux et interdiction d'enlever leur marque déposée)

     

    Photos Twitter et Facebook

     

    Berlin Station  

    Selfie ©Richard Armitage

     

    Le 13 février 2016 Richard et l'acteur Richard Jenkins ont assisté à la réception Medienboard Berlin-Brandenburg au Ritz-Carlton à Berlin. Photos à voir ici et ici 

                                                      

    Berlin Station

    Berlin Station

     

     
    Berlin Station

                                     

    Berlin Station a reçu un financement du German Motion Picture Fund et Richard a été photographié avec la secrétaire d'Etat parlementaire Iris Gleicke ©twitter.com/RCArmitage

     

    Berlin Station

     

    Photos twittées par Michelle Forbes

    Berlin Station

    Berlin Station

     

    Le samedi 5 Mars, Richard a visité le Berliner Stadtmission pour passer du temps avec les familles de réfugiés. Il a été bouleversé par son expérience et a tenu à la partager via un message sur son compte Twitter. La traduction du message est à lire ici ainsi que l'article allemand sur cette visite paru quelques jours plus tard dans le magazine Berliner Kurier dont la traduction est à lire ici aussi.

     

    Berlin Station

    Photos ©Richard Armitage

     

    Une photo postée sur Facebook par une maquilleuse de l'équipe  

    Berlin Station

    Photo ©maske berlin

     

    ... /...

     

    Articles de presse

     

    BILD - ZEITUNG BERLIN
    8 mars 2016

     Article original sur richardarmitagenet.com

     

     Traduit de l'allemand par Jolie pensée

     

    Star d'Hollywood enlevée à Charlottenburg (1)

    Tournage d'une nouvelle série US

    Berlin - Scènes dramatiques dans Bleibtreustraße (2)

     

    Une star d'Hollywood enlevée à Charlottenburg ! Pas de panique, c'est juste pour le show !

    L'acteur vu dans Coup de foudre à Notting Hill, Rhys Ifans (48 ans) était là-bas hier avec son collègue Richard Armitage (44 ans) pour la nouvelle série US Berlin Station.

    Les deux acteurs marchent le long de la Bleibtreustraße . Soudain, trois hommes en noir bondissent d'une Volkswagen et brandissent leurs armes. Sac sur la tête et hop en voiture!

    La scène de l'enlèvement a été tournée de 10 heures à 14 heures. Refaite maintes et maintes fois. Enlèvement en série!

    Voilà ce qu'il se passe dans la série Berlin Station: l'agent de la CIA Daniel Miller (Richard Armitage) est transféré à Berlin pour démasquer un informateur. Il reçoit le soutien de son vieil ami Hector Dejean (Rhys Ifans). Mais face à de vrais escrocs, on ne peut pas faire grand-chose, même à deux.

    La série sera tournée dans et autour de Berlin jusqu'en avril. La série de 10 épisodes sera diffusée à la télévision en automne aux USA. On y verra aussi Richard Jenkins (68 ans, vu dans Six feet under) et Michel Forbes (51 ans, vue dans Hunger games) entre autres.

     

    NDLT:

    (1) Charlottenburg est un quartier de Berlin situé à l'ouest de la ville où l'on peut admirer notamment le château de Charlottenburg, ancien château impérial. Très gravement endommagé pendant la seconde guerre mondiale, il fut reconstruit dans les années 50. Il est ouvert à la visite et abrite le musée de la préhistoire et de la protohistoire.

    (2) rue Georg Bleibtreu

     

    En avril, Richard a quitté quelques jours Berlin pour tourner des scènes sous le soleil des Baléares, sensées représenter le Panama.

     

    - Tournage à La Palma -

     

    Photos

     

    Des photos 'Behind the scenes' ont été postées sur la page facebook de Ayuntamiento de Santa Cruz de La Palma 

    Berlin Station

    Berlin Station

     

    Des photos à voir sur la page Facebook de Jose Fernández Arozena 

    Berlin Station

    Berlin Station

     

    Avec des membres de l'équipe de tournage 

    Berlin Station

    Photo ©Enrollate films

    Berlin Station

               Photo ©lapalma.diariodeavisos.com 

     

                   Richard avec les figurants à La Palma

    Berlin Station

    Photo ©Enrollate films

     

    Des captures d'écran Richard Armitage France de la vidéo postée par TV La Palma

    Berlin Station  

    Berlin Station

    Berlin Station

    Berlin Station

     

    ... /...

     

    Vidéos

     

    Vidéo 'Behind the scenes' postée par TV La Palma

    Vidéo 'Behind the scenes' postée sur Yoube par sebas mediaprod.¡Detrás de las Escenas!

    Vidéo 'Behind the scenes' postée sur Youtube par Gabinete de Prensa Cabildo La Palma

     

    Première bande-annonce dévoilée par Epix et Berlin Station 

     

    ... /...

     

    Articles de presse

     

    El Diario.es

    Traduit de l'espagnol par Geek Lady

     

    Berlin Station

    L’acteur Richard Armitage (au centre) avec Anselmo Pestana (à droite) et Sergio Matos, avec les autres membres de la Municipalité et du tournage

     

    L’acteur britannique a tourné quelques scènes de la série télévisée de Paramount Pictures dans la forêt de Los Tilon, à San Andrés y Sauces, à La Bombilla, à Los Llanos de Aridane, et sur l’avenue de El Puente, à Santa Cruz de La Palma. 

    Le Président de la Municipalité de La Palma, Anselmo Pestana et le Maire de Santa Cruz de la Palma, Sergio Matos, accompagnés de la conseillère insulaire du Tourisme, Alicia Vanoostende, et l’équipe de La Palma Film Commission « ont personnellement salué ce mardi le fameux acteur britannique Richard Armitage, qui se trouve dans la capitale de l’Ile pour le tournage de la série Berlin Station » informe la Corporation insulaire dans un communiqué.

    Le bureau de La Palma Film Commission « dépend de l'entreprise publique Sodepal ; elle a apporté son aide en favorisant le travail de la production Seven Island Film - responsable de la production de la série aux Canaries - pour la recherche de lieux, l'engagement d'une entreprise locale pour le casting de sélection d'extras, un logement pour l'équipe de tournage et un engagement de professionnels de l'Île pour des tâches distinctes, entre autres », précise la note

     

     La Palma-DiarioDeAvisos.com

    Traduit de l'espagnol par Geek Lady

       

    Berlin Station

    L’acteur principal discute avec l’équipe de tournage

     

     L’ île se transforme en plateau de tournage pour la série 'Berlin Station'

     

    Seulement deux jours de tournage de la série Berlin Station et La Palma commence déjà à ressentir les bénéfices à tirer en tant que plateau de cinéma. La graine qui a commencé à germer il y a un an, La Palma Film Commission, donne ses premiers fruits avec des tournages comme celui vécu ces jours-ci dans l'Île ; hier, l’Avenue de El Puente de la capitale au palmier s’est transformée pour quelques heures en cité panaméenne, dans laquelle s’ambiance l'un des chapitres de cette série produite par Paramount Pictures.

    Le jour précédent, l’équipe de production, a tourné diverses séquences au nord de l'Île, dans la forêt de Los Tilos et dans le Cubo de La Galga. Et il était prévu qu’hier en fin d'après-midi, ils se déplacent vers la plage de La Bombilla pour clore le tournage dans l'Île.

    Avec l'ample déploiement de médias qui a accompagne habituellement un tournage de cette nature, le point d’orgue a été la présence du personnage principal de la série, l'acteur britannique Richard Armitage, connu ppour ses rôles de Guy de Gisborne dans la série Robin des Bois ou Thorin Ecu de Chêne dans le film Le Hobbit.

    Le tournage affecte la vie quotidienne de la ville, puisqu’il a presque fallu interrompre le trafic durant les instants pendant lesquels ont été réalisées les séquences qui ont été prises dans deux points de l'avenue. La série, qui est aussi tournée à Berlin et dans Fuerteventura, est une production allemande - américaine, de 10 épisodes, dont la trame tourne autour d'un employé qui arrive au bureau de la CIA à Berlin pour découvrir l'origine de la fuite d'une personne qui a fourni une information à un dénonciateur.

    Publié par David Sanz - 13 avril, 2016

     

    ... /... 

     

    Le 23 avril, le tournage s'est achevé à Berlin et Richard a twitté ses adieux à la ville

    Berlin Station

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Le samedi 5 Mars, Richard Armitage a visité le Berliner Stadtmission pour passer du temps avec les familles de réfugiés. Il a été bouleversé par son expérience et a tenu à la partager via un message sur son compte Twitter.

    Voici la traduction du message ainsi que celle de l'article allemand sur cette visite paru quelques jours plus tard dans le magasine Berliner Kurier (Merci à Jolie Pensée pour la traduction de l'allemand)

     

    Traduction du message Twitter de Richard sur les réfugiés - 5 mars 2016

     Traduction Translator Girl

     

    - Message Twitter de Richard sur les réfugiés & Article du Berliner Kurier - Mars 2016

    - Message Twitter de Richard sur les réfugiés & Article du Berliner Kurier - Mars 2016

    - Message Twitter de Richard sur les réfugiés & Article du Berliner Kurier - Mars 2016

    Cliquer sur les photos pour les agrandir © Richard Armitage Twitter

     

    Ma compréhension de ce qui est arrivé en Allemagne - d'abord à Berlin avec l'arrivée estimée à 1 million de migrants à Berlin et de 480 000 réfugiés ailleurs dans la région en décembre 2015 - a commencé en septembre 2015 alors que j'étais là depuis un jour pour rencontrer l'équipe de production d'une nouvelle série TV 'Berlin Station' à laquelle je participe pour Epix, Paramout et Anonymous Content. Le jour où je suis arrivé, le bureau était affairé à emballer des cartons, des ordinateurs, des storyboards. Tout était en place pour commencer la production mais le bâtiment avait été réquisitionné par le gouvernement allemand, comme d'autres endroits incluant des gymnases d'école et un espace au vieil aéroport du Tempelhol, afin de fournir un hébergement d'urgence pour ces réfugiés qui avaient besoin d'un endroit où s'abriter avec l'hiver berlinois qui arrivait à grand pas.

    L'atmosphère au bureau de production était sereine et assez animée alors qu'ils (j'aimerais dire nous) déménageaient à Friedrichshain, Postsdam et aux Studios Babelsburg. Novembre est arrivé et nous avons commencé à tourner de manière rapide et intensive ce qui laissait très peu de temps pour s'arrêter et réfléchir. Noël est arrivé et je suis rentré dans ma famille mais mes pensées revenaient vers Berlin et au Nouvel An, Angela Merkel a fait un discours sur " Une politique de la porte ouverte ", " Une chance pour demain " et plus fermement sur le fait " Qu'il est crucial de ne pas suivre ceux qui, avec froideur ou qui ont de la haine dans le coeur, revendiquent l'exclusivité d'être Allemand en cherchant à exclure l'autre ". J'ai trouvé que c'était un discours courageux et incroyable de la part de la dirigeante d'un pays si marqué par son passé. Mais allons, comme on me le rappelle (je le fais moi-même et les autres aussi) " Qu'est-ce qu'un acteur comprend aux choses ? " " Pourquoi devrait-il partager ses opinions sur la politique ? ", " Ce n'est pas son pays " etc, etc. Et bien nous semblons tous vivre dans une période où la peur s'accroît. L'Angleterre va avoir un référendum pour décider si elle quitte l'Union Européenne avec comme sujet brûlant les contrôles aux frontières. Des voix d'extrême-droite grandissent en Angleterre, en France et ailleurs et aux USA où il y a une tension raciale importante - le mot immigré est maintenant pointé de manière péjorative et un politicien américain aux idées qui paraissent tellement rétrogrades est en contradiction avec ce dont parlait Angela Merkel - ont fait que j'ai ressenti le besoin de m'exprimer sur le genre de monde dans lequel je veux vivre, celui auquel j'aspire.

    J'ai tiré le bon numéro quand je suis né, ainsi que beaucoup d'entre nous, parce que nous sommes nés avec un niveau de vie dont tant d'enfants sont privés. Je suis anglais, britannique, mais je n'ai jamais adressé de requête à la terre sur laquelle j'ai grandi. Je pense que nous sommes des gardiens, oui, mais je crois vraiment que nous avons été chanceux, suffisamment pour apprécier une maison, de la nourriture, une éducation, des services de santé... (oui je connais 'l'état-providence') *, la liberté d'expression, la liberté de se rendre à l'école sans être tué ou bombardé. Tout ça n'appartient pas juste à moi. Je crois que c'est le droit de chacun, alors ceux qui fuient devant la terreur devraient être reçus à bras ouverts.

    Il y a des écrits sur papier ou des paroles philosophique, mais je voulais voir comment ça se passe dans la pratique, parce que ça DOIT marcher, nous ne pouvons pas tourner le dos aux personnes: familles, enfants dans l'obligation de faire face à ..... quoi ? Peut-on à peine imaginer à quoi ressemble cette horreur ?

    Alors oui, je suis un acteur stupide plutôt ordinaire, mais au fil du temps, j'ai développé des compétences, une réflexion, un certain niveau d'analyse psychologique, principalement de personnages de fiction, mais surtout une grande part d' Empathie (je met une majuscule parce que c'est un mot important) et je suis sans aucun doute au-dessus de la moyenne dans ce respect. Je voulais utiliser ces atouts pour apprendre quelque chose du travail qu'avait fait la Berliner Stadtmission pour que cette situation fonctionne.

    C'est samedi matin et j'ai rempli un sac de vêtements dont je ne voulais plus (ouais, il y a quelque part dedans un costume de MI-5), je suis allé chercher quelques couvertures, des chocolats de Pâques, des livres de coloriages, des livres de fiction et un génial mini-réservoir d'hélium avec un tas de ballons pour les enfants. La visite a été organisée par Michael Scheel (notre producteur délégué), Frederike Gralle et Dorthe Wolner-Hanssen qui travaillent sur Berlin Station et qui visitent régulièrement un refuge à Spandau ; accompagnés par moi-même et Michelle Forbes (mieux connue comme actrice végétalienne!!!). Je suis un peu nerveux surtout du fait que je pourrais paraître offensant en venant 'voir' ces gens désespérés comme s'ils étaient des animaux dans un zoo, mais le stress disparaît aussitôt que nous sommes salués par les gardes des sécurité. Il y a une présence de la sécurité qui, après interrogation, est à la fois interne et externe parce qu'étonnamment, il y a eu des tensions culturelles qui doivent être maîtrisées à l'intérieur des refuges. J'en déduis que des gars de la sécurité ont été aussi 'réquisitionnés' (quelques ex videurs de boîtes de nuit avec de multiples compétences linguistiques ont aussi trouvé une nouvelle maison).

    Ainsi, nous sommes les bienvenus, avec nos petits cadeaux que nous déposons dans un endroit de stockage plutôt bien organisé, nous jetons un coup d'oeil à une nouvelle construction de box qui abriteront les familles. Je me sens soudainement envahi d'un sentiment d'impuissance 'que sommes-nous venus vraiment faire ici ?' . Alors, je demande si je peux apporter quelques ballons aux enfants que nous pouvons voir en train de jouer dans une petite classe temporaire. On me dit que beaucoup d'enfants ont vécu un tel traumatisme qu'un ballon qui peut éventuellement éclaté n'est probablement pas une bonne idée. C'est mon premier coup de semonce. La plupart des enfants sursautent et rient au son d'un ballon qui fait boum, mais ces enfants viennent d'un monde où ce son est associé avec une peur réelle. Ok. Ok.

    Alors je vais m'asseoir à une table où des enfants sont en train de colorier, de découper du papier et de dessiner. J'emprunte des crayons et je me joins à eux. Ca prend un certain temps, mais, assez vite, j'obtiens des noms et grâce à mes dessins géniaux de coiffure punk multicolore, on commence à me grimper dessus …. et bien, on m'escalade comme sur une cage à poule, mais c'est quoi tout ça ! Mishka est assise sur le tapis de jeu en train de se faire de nouveaux amis, et lorsque j'ai épuisé toutes les coiffures punk auxquelles je pouvais penser, j'ai décidé qu'il était temps de jouer avec des Lego. Il y avait un garçon d'environs 8 ans, que je vais appeler Paul. Paul était dans un coin avec tous les blocs de Lego en train de construire un énorme mur. Oui, un #Mur. Quelques-uns des petits enfants ont ramassé des pièces éparses pour construire le mur, alors je me suis assis et j'ai aidé Paul. Au début, je le rendais un peu nerveux, mais je me concentrais sur la construction et pas sur lui, et nous avons tissé des liens autour de ce mur imposant que nous construisions. Une fois fini, je lui ai donné une tape dans le dos (Paul était plutôt concentré sur son mur), il s'est levé et lui a donné un coup de pied à la base, l'a détruit avec un large sourire sur son visage, puis, il a commencé à le reconstruire. Je sais que les enfants aiment faire ce genre de choses mais il y avait quelque chose dans la détermination avec laquelle il l'a fait qui m'a donné une idée de son expérience. C'est ce qu'on vécu la plupart de ces enfants, ces petits qui font leur premiers pas dans la vie. En compagnie de leurs parents, certains ont voyagé avec seulement les vêtements qu'ils avaient sur le dos et deux choses qui leur appartenaient et jusqu'à 35 jours, nous a-t-on dit, en marchant vite, parfois en courant, puis par bateaux, camions, par bus pour arriver, là, aux 'portes ouvertes' d' Angela Merkel. J'essayais d'imaginer comment ça devait être pour ceux qui n'avaient pas été si chanceux, ceux qui ont été stoppé par des clôtures, des frontières et la terrible, terrible destination pour ceux qui n'ont pas réussi, qui se sont noyés.

    Je ne suis pas un psychologue, je suis juste intéressé par les gens, mais je pense à mon enfance qui était protégée et sécurisée comparé au traumatisme extrême vécu par ces gamins fuyant loin de chez eux qui voient la terreur sur le visage de leurs parents.

    Il est temps de ranger… J'aide la plus belle petite fille qui balaye le plancher avec un balai cassé… Si seulement j'avais amené un balai et pas des ballons !!!!! Mais le balai cassé fait comme un hélicoptère sur le sol et ça la fait rire, et je ris de son rire et elle rit du mien, de son rire sur son balai cassé. Le sol n'est pas vraiment bien balayé, elle court manger et je finis le travail. En pensant à une jolie classe propre pour l'après-midi, je serre très fort dans mes bras une des professeurs, Behnaz Kazemi, pour lui dire merci, parce qu'elle est vraiment un lien vital pour les enfants. Elle a un grand sourire rayonnant, qui est, j'imagine, ce dont chaque enfant a besoin, plus qu'un stupide ballon.

    Chaque volontaire qui travaille avec la Mission Berliner Stadt au refuge est une part de ce salut. Ils prennent tous tant d'initiatives. J'ai entendu parler d'une idée de Jardin de ville pour que les familles puissent s'occuper d'une petite parcelle, faire pousser des légumes... C'est là-dessus que nous partons. Il y a une file d'attente dans l'immense réfectoire qui a été décoré avec 4 énormes palmiers. Ce n'est définitivement pas les Bahamas, mais ça donne une impression de vacances. Demain 6 Mars, c'est l'anniversaire de la Mission Berliner Stadt (j'ai entendu le 135ème mais ce doit être incorrect) **, quoiqu'il en soit il y a une fête de prévue, beaucoup de personnes vont venir le célébrer, il y aura un discours et peut-être pas mal de rigolade. Moi, je me suis amusé mais il y a eu des moment où j'ai été choqué, avec de la tristesse pour ce qui est arrivé, mais je m'en vais avec le souvenir de ma petite Cendrillon, rigolant de son balai cassé. 

    Ndlt :

    * L'État providence fait son apparition en Angleterre avec le rapport de Lord William Beveridge intitulé Social Insurance and Allied Services. Paru en 1942, ce document développe la notion de Welfare State (ou "État de bien-être"). Il rejette le système d’assurances sociales réservées aux seuls travailleurs ainsi que le principe d’une assistance limitée aux plus démunis et introduit l’idée d’une protection universelle de tous les citoyens financée par l’impôt. Il plaide pour un système de Sécurité sociale à la fois : 

    - généralisé : chacun, par sa seule appartenance à la société, doit avoir le droit de voir ses besoins minimaux garantis par la solidarité nationale; 

    - unifié : une seule cotisation est nécessaire pour accéder aux différentes prestations; 

    - uniforme : les prestations sociales sont les mêmes pour tous; 

    - centralisé : le système est géré par un organisme public unique; 

    - global : le système regroupe l’ensemble des aides et des assurances.

    Pour plus d'informations sur le sujet :  http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/finances-publiques/approfondissements/etat-providence.html

    ** La Berliner Stadtmission a été fondée le 9 mars 1877 et a donc fêté ses 139 ans (Merci à Wickie Lila pour l'info)

     

    Traduction de l'article du Berliner Kurier - 10 Mars 2016

    Merci à Ali pour les scans de l'article à voir sur richardarmitagenet.com

    Traduit de l'allemand par Jolie pensée

     

    Berlin, tu es si magnifique et si énervante (1)
    Deux stars britanniques et leur vision personnelle de la capitale

     

    Dans la trilogie du Hobbit, il est le roi des nains, à Berlin, il vient en aide aux personnes. La star d'Hollywood, Richard Armitage, 44 ans, qui tourne justement la série télé 'Berlin Station' dans la capitale, s'est retrouvé en plein coeur de la crise migratoire. Depuis l'automne, l'acteur Britannique tourne une série américaine d'espionnage dans laquelle il est un agent de la CIA dont l'histoire se passe à Berlin.
    Déjà au début du tournage en septembre, Armitage avait été confronté à la crise migratoire. Dans une lettre ouverte qui a été publiée sur Twitter, l'acteur de 44 ans a écrit que la production devait déménager en urgence parce que les bâtiments devaient servir d'hébergement aux migrants et il était impressionné par la sympathie des berlinois.
    L'acteur britannique a passé les fêtes de Noël auprès de sa famille, mais ses pensées sont restées à Berlin, écrit-il. Il a écouté le discours de la nouvelle année de la chancelière Angela Merkel qu'il a ressenti courageux et saisissant concernant les "blessures du passé", rappelant la guerre et la terreur de l'époque nazie.
    La crise migratoire a encore plus fortement préoccupé Richard Armitage "Nous vivons à une époque où la peur s'accroît", écrit-il en faisant référence à la montée des partis d'extrême droite.
    "Je suis juste un acteur stupide plutôt ordinaire", dit-il à son sujet, mais qui veut aider. Il a donc préparer des vêtements, du chocolat et des livres de coloriage et a rendu visite à un hébergement de migrants à Spandau (2).
    Au début, il avait été un peu nerveux, il avait peur que ces personnes désespérées puissent se sentir comme des animaux dans un zoo. Au centre d'accueil, il s'est tout particulièrement intéressé aux enfants qui avaient vécu le traumatisme d'une longue fuite. Il a fait la comparaison avec sa propre enfance qui était tranquille et sans danger. Sa nervosité du début a été d'ailleurs vite effacée car il a appris lors de cette visite que les réfugiés étaient des personnes avec des besoins normaux, qui pleuraient parfois mais aspiraient particulièrement à avoir leur propre foyer.


    Ndlt :

    (1) L'article est composé de deux parties: celle sur Richard qui porte sur la crise migratoire et l'autre partie sur Fran Healy, le chanteur du groupe Travis, qui reproche aux berlinois leur manque de courtoisie et leur comportement au volant, d'où l'adjectif "énervante" du titre de l'article.

    (2) Arrondissement de la partie ouest de Berlin.

    Partager via Gmail

    votre commentaire